Histoire du patinage longue piste

Patinage de vitesse sur longue piste

Le patinage de vitesse de style olympique ou sur longue piste comme on le connaît aujourd'hui, fit son début aux premiers Jeux olympiques d'hiver en 1924 et il en a toujours été une des épreuves les plus rehaussées. Les premières compétitions olympiques furent dominées par les Finlandais et les Norvégiens, quoique les Américains offraient inévitablement une forte compétition.

Les premières médailles olympiques gagnées par le Canada furent remportées en 1932 à Lake Placid. Au total, une médaille d'argent et quatre médailles de bronze furent raflées par les hommes tandis que les femmes, dont le sport n'était qu'en démonstration, remportèrent une médaille d'or et deux d'argent. Une des étoiles de ces Jeux fut Lela Brooks qui, en 1925, établit six records mondiaux et qui, en 1926, devint la première championne mondiale toutes distances.

La fin des années 1930 vit arriver le déclin du patinage de vitesse dans l'intérêt populaire et, avec la construction d'arénas, le hockey profes-sionnel accéléra l'attraction décroissante du sport. L'avènement de la Deuxième Guerre mondiale occasionna aussi beaucoup de problèmes pour le patinage de vitesse au Canada.

Lors de la reprise des compétitions des Jeux olympiques en 1948, les Norvégiens demeurèrent les patineurs à battre mais, aux Jeux d'Oslo en 1952, le Canadien Gordon Audley remporta la médaille de bronze au 500 m. En 1956, à Cortina d'Ampezzo, en Italie, les patineurs soviétiques, absents des Jeux depuis 48 ans, mirent fin au règne des Norvégiens dans les épreuves de patinage de vitesse. Les Canadiens furent exclus des médailles et durent attendre jusqu'en 1976 avant de pouvoir monter encore une fois sur le podium.

En 1960, à Squaw Valley, les épreuves pour dames eurent lieu pour la première fois en tant qu'événement officiel. La plupart des médailles furent décrochées par les patineuses soviétiques, établissant une tendance qui continua jusqu'en 1972 à Sapporo, au Japon, lorsque la République démocratique d’Allemagne prit possession du pouvoir dans le patinage de vitesse chez les dames.

Les Jeux de 1972 furent remarquables pour les exploits du Hollandais Ard Schenk, gagnant de trois médailles d'or. Pour le Canada, Sapporo retient également l’attention puisque c’est le début olympique d'une des plus grandes patineuses de vitesse canadiennes, Sylvia Burka. Inspirée par son expérience olympique, Burka poursuit une carrière illustre qui inclua trois apparitions olympiques et le titre de championne mondiale de sprint en 1976. La sprinteuse Cathy Priestner fut une autre Canadienne à faire parler d'elle. Elle fut la première patineuse de vitesse canadienne à gagner une médaille olympique officielle en longue piste, remportant une médaille d'argent au 500m aux Jeux d'Innsbruck en 1976.