Denny Morrison et Christine Nesbitt en grande forme

Denny Morrison et Christine Nesbitt ont démontré que leur entraînement fait pendant la saison estivale avait été efficace, dimanche, à Richmond (C.-B.) au jour 2 des Sélections de l’équipe canadienne de patinage de vitesse longue piste pour les Coupes du monde automnales.

Morrison a survolé le 1000 m masculin en arrêtant le chrono à 1 minute 9,91 secondes pour devancer Kyle Parrott (1 min 10,46 s, Minnedosa (AB)) et Jamie Gregg (1 min 10,53 s, Edmonton). Peu de temps après, Morrison, de Fort St.John (C.-B.), a pris le deuxième rang du 5000 m grâce à un temps de 6 min 37,14 s. L’épreuve a été remportée par Lucas Makowsky (6 min 35,56 s), de Regina, tandis que le Montréalais et ancien spécialiste du courte piste, Mathieu Giroux (6 min 38,01 s), a complété le podium.

Dans l’autre épreuve du jour, le 1500 m féminin, l’Ontarienne Christine Nesbitt (1 min 56,89 s) a poursuivi son excellent travail en s’imposant, elle qui avait remporté les deux courses de 500 m la veille. Kristina Groves (1 min 58,30 s), d’Ottawa, et Brittany Schussler (1 min 58,13 s), de Winnipeg, ont pris les deuxième et troisième rangs.

« J’espérais gagner et c’est ce que j’ai fait. C’est un résultat bien meilleur que ce à quoi je m’attendais. En fait, j’ai été plus rapide de presque 2 secondes en comparaison avec mes courses à l’entraînement », a déclaré Morrison après sa victoire au 1000 m.

Le vice-champion du monde en titre de la spécialité affirme qu’il y a encore beaucoup de place à de l’amélioration d’ici les prochaines Coupes du monde.

« La semaine dernière, je me suis entraîné très fort, mais cette semaine, j’avais plus de journées de récupération pour m’assurer d’être fin prêt. Habituellement, je progresse tout au long de la saison pour être au meilleur de ma forme en fin d’année. Je suis très heureux de réaliser un tel chrono à ce temps-ci de la saison et les choses seront encore meilleures dans quelques mois. »

Même son de cloche du côté de Christine Nesbitt qui est demeuré invaincue depuis le début des Sélections.

« Je ne m’attendais pas à remporter l’épreuve, et je peux faire de meilleures courses. J’ai encore de la place à de l’amélioration, car j’ai fait plusieurs erreurs, notamment en glissant au départ et en amorçant mal certains virages », a reconnu la patineuse de London (ON), troisième au 1500 m des récents Championnats du monde disputés à Richmond, le printemps dernier.

Selon la principale intéressée, la profondeur de l’équipe canadienne pourrait être un atout important lorsque les athlètes seront de retour à Richmond, en février, dans le cadre des Jeux olympiques.

« Nous sommes toutes très compétitives et ça rend l’équipe encore plus forte. Nous ne nous entraînons pas toujours ensemble, mais en côtoyant les meilleures au monde, je peux apprendre d’elles. Disons que ça serait bien de faire un triplé à une épreuve aux Jeux olympiques » mentionne-t-elle, un peu gênée. « Mais bon, il y a plusieurs facteurs que l’on ne peut pas contrôler dans une course, mais dans un monde idéal, ça serait quelque chose d’assez incroyable. »

Lundi, les femmes patineront sur les distances de 1000 m et 3000 m, tandis que les hommes prendront le départ du 1000 m.