En préparation pour le 1000 m, Christine Nesbitt prend le 10e rang

Richmond (Sportcom) – Christine Nesbitt (77,57) a fini au 10e rang de l’épreuve de 500 m des Jeux olympiques de Vancouver, mardi, à l’anneau de Richmond. La victoire est allée à la Coréenne Sang-Hwa Lee (76,09) qui a devancé l’Allemande Jenny Wolf (76,14) et la Chinoise Beixing Wang (76,63).

Chez les autres Canadiennes en action, Shannon Rempel (78,82) a terminé 27e et Anastasia Bucsis (79,755) 34e.

« J’étais très contente de ma première course, mais après avoir parlé à quelqu’un de l’équipe dans le vestiaire, cette personne m’a dit que je ne devrais pas être si contente. J’ai réfléchi et je me suis dit qu’elle avait peut-être raison, alors je voulais faire mieux en deuxième course où je me suis concentrée sur des points techniques. Cela été payant, alors j’étais satisfaite. Le 500 m n’est pas ma force, sauf que l’écart qui me sépare des meilleures est moins grand » ,a affirmé la patineuse originaire de London (Ont.), qui est avant tout une spécialiste du 1000 m et du 1500 m.

Comme elle le fait depuis le début de l’année dans les épreuves de Coupe du monde, l’athlète de 24 ans participe à des courses de 500 m en préparation de ses épreuves de prédilection.

« Le 500 m me mets en mode de course. Aujourd’hui (mardi), j’ai fait de bons départs, je me sentais forte et je patinais bien techniquement. Je me sens en confiance! »

Du côté de Shannon Rempel, celle-ci ne s’en cache pas : elle ne connaît pas une saison à la hauteur de ses attentes.

« J’ai de la difficulté à identifier ce qui cloche, sauf que je me situe moins loin des meneuses que lors des Coupes du monde de l’automne dernier. Je vais donc tenter de retirer le meilleur de tout ça. Mes départs étaient lents, mais le reste était correct, alors c’est ça de pris », a indiqué la Winnipégoise.

Même si elle a terminé en avant-dernière place, Anastasia Bucsis (Calgary) rayonnait après la compétition. Et pour cause, car sa présence à Vancouver est un exploit. En un an à peine, elle a connu une progression fulgurante, passant l’équipe de développement à l’équipe olympique.

« C’était bien différent de ce à quoi je m’attendais et cela m’a démontré que j’en ai encore beaucoup à apprendre. Toutefois, l’expérience était incroyable et positive. J’ai 20 ans et ça met des choses en perspective. Je vois cette occasion comme quelque chose de très inspirant. En juin, je voulais être de taille aux essais olympiques, mais je n’avais pas le courage de dire que je voulais me qualifier pour les Jeux. »

C’est sa coéquipière et amie Christine Nesbitt qui l’a convaincue qu’elle méritait pleinement sa place dans l’équipe olympique. « Je suis un peu obsédée par ma technique et je peux être très dure avec moi-même pour m’améliorer. La semaine dernière, Christine Nesbitt m’a dit de prendre ça cool et de m’amuser parce que tous mes objectifs étaient déjà atteints. »

Mercredi, le 1000 m masculin sera au programme de la journée et les Canadiens en action seront
Denny Morrison, Jeremy Wotherspoon, François-Olivier Roberge et Kyle Parrott.


-30-


Rédaction : Sportcom pour Patinage de vitesse Canada
Suivez nos activités sur twitter: www.twitter.com/MaisonPVC