Le Canada deuxième derrière la Corée au Championnat du monde courte piste par équipe

Les équipes féminine et masculine de patinage de vitesse courte piste sont toutes deux passées à deux doigts de devenir Champions du monde par équipe, aujourd’hui, à Bormio. Dans les deux cas, c’est la dernière épreuve, le relais, qui a déterminé les vainqueurs, et les formations canadiennes ont pris le deuxième rang de leurs courses, pour le deuxième rang au cumulatif de la compétition.

Le Championnat du monde par équipe est la dernière épreuve de la saison en patinage de vitesse courte piste. Seuls huit pays sont invités à participer, avec cinq patineurs chacun. Les pays sont divisés en deux groupes de quatre, et quatre athlètes de chaque pays prennent part au 500m et 1000m, puis deux athlètes font partie de la course de 3000m, suivie d’un relais. Chaque résultat donne des points qui sont additionnés pour chaque pays. Après la ronde de qualification, les premiers pays de chaque groupe sont automatiquement qualifiés pour la finale A, alors que les 2e et 3e positions de chaque groupe doivent se mesurer les unes aux autres pour déterminer les deux autres finalistes.

Samedi, les équipes canadiennes l’ont facilement remporté dans leur groupe respectif. Kalyna Roberge (St-Étienne-de-Lauzon, QC), Tania Vicent (Laval, QC), Jessica Gregg (Edmonton, AB), Marianne St-Gelais (St-Félicien, QC) et Valérie Maltais (La Baie, QC) ont terminé la compétition avec 54 points, loin devant l’Italie, deuxième avec 32 points.

Les médaillés olympiques Charles et François Hamelin (Ste-Julie, QC), François-Louis Tremblay (Montréal, QC), Olivier Jean (Lachenaie, QC) et Guillaume Bastille (Rivière-du-Loup, QC) ont eux aussi facilement remporté les honneurs de leur groupe avec 53 points, soit 20 de plus que leurs plus proches rivaux de l’Italie.

Dimanche, les femmes se mesuraient à la Corée, l’Italie et le Japon. Les Coréennes ont tout raflé sur 1000m, alors que Maltais, Gregg, Roberge et St-Gelais prenaient la deuxième place de chacune de leurs vagues. La Corée avait donc 8 points d’avance. Malgré des victoires de St-Gelais et Gregg sur 500m, la Corée a ajouté deux points à son avance, forçant le Canada à connaître un bon 3000m. Maltais a pris le 2e rang de la course, et Roberge le 4e, alors que les Coréennes, terminant 5e et 6e, ne récoltaient aucun point.

« On savait que les Coréennes seraient notre grosse compétition ici, on a eu une petite malchance sur 500m ce qui nous a rendu la tâche un peu plus difficile au relais. On a connu une bonne course, on ne savait pas qu’on irait aussi vite, mais depuis les Jeux Olympiques on a été constantes avec des temps dans le 4:09, ce qui montre qu’on est quand même très compétitives, » a expliqué Tania Vicent. « Les Coréennes sont juste très très fortes au relais. »

L’équipe canadienne devait remporter le relais pour espérer mettre la main sur le titre, et malgré une course très solide et un record canadien de 4:09.178, les Coréennes étaient tout simplement trop fortes, terminant la course avec un temps impressionnant de 4:06.809 pour la médaille d’or.

C’était la dernière compétition de Tania Vicent, qui avait annoncé plus tôt cette année qu’elle prendrait sa retraite à la fin de la saison. Après 17 ans au sein de l’équipe nationale et quatre Jeux Olympiques d’hiver (et autant de médailles Olympiques), Vicent savait qu’il était temps de dire adieu au monde du patinage compétitif.

« Je pensais que j’allais être un peu plus émotive, » a confié Vicent en entrevue après la journée de compétition. « Peut-être que je vais le réaliser plus quand les filles vont reprendre l’entraînement sans moi dans quelques semaines. Pour ma part, le patin va beaucoup me manquer mais j’ai plusieurs autres projets en tête qui risquent de me garder occupée, entre autres celui de fonder une famille avec mon copain! »

La formation masculine faisait face à la Corée, la Chine et l’Italie en finale. On savait que ce serait une dure bataille entre les Coréens et les Canadiens, qui se sont échangé le titre au cours des dernières années. Après une difficile ronde de 1000m pour les Canadiens (10 points contre 13 pour les Coréens), les frères Hamelin, Jean et Tremblay ont bien fait sur 500m, les trois premiers remportant leur course et Tremblay prennant le deuxième rang. Le Canada menait alors 28 points contre 23. Bastille a ajouté deux points au total Canadien avec sa troisième place sur 3000m, mais une victoire de la Corée a porté leur total à 28, deux points seulement derrière le Canada.

Une fois de plus, tout dépendait du relais. La course a été remplie d’action, et chaque équipe a mené à un moment ou un autre. À la fin, un dépassement des Coréens dans le dernier tour leur a assuré une victoire très serrée (6:40.888) devant le Canada (6:41.028). Puisque les points sont doublés pour le relais, la Corée termine la compétition avec 38 points, deux de plus que le Canada à 36.

« C’était une journée très serrée avec les Coréens, sur 500m on a très bien fait, on a eu quelques déceptions sur 1000m, mais on s’est repris au 3000m, » a expliqué Guillaume Bastille. « Au relais, on voulait mener dès le départ, mais ça n’a pas tourné comme ça, les Coréens ont pris la tête, on a été très patients, on a fait de bons dépassements pour prendre la tête dans les derniers 12 tours. C’est finalement un dépassement très serré à la fin que les arbitres ont jugé ok qui a donné la victoire à la Corée, mais on a fait un bon travail et on en est fiers. »

Ceci met fin à la saison de patinage de vitesse. Les athlètes profiteront maintenant d’un mois de congé bien mérité avant de retourner à l’entraînement dans leur centre respectif au début de mai.