Les Canadiens brisent la glace au Championnat du monde courte piste

Les patineurs canadiens ne sont peut-être pas grimpés sur le podium du 1500m en cette première journée du Championnat du monde courte piste, mais ils ne sont pas prêts d’abandonner et les espoirs sont élevés en vue de demain, alors que se disputeront les honneurs de la meilleure distance des Canadiens – le 500m – sur la glace de Vienne.

Tous les athlètes Canadiens ont été très solides dans leurs premières rondes, alors que François-Louis Tremblay (Montréal, QC), Charles Hamelin (Ste-Julie, QC), et Olivier Jean (Lachenaie, QC) ont tous remporté leur première vague et leur quart de finale, afin de se qualifier pour les demi-finales.

La pression était élevée, puisque typiquement, le 1500m n’est pas la distance de prédilection des patineurs canadiens au Championnat du monde. Mais avec de gros enjeux – dont la chance de se pré-qualifier pour les Jeux Olympiques d’hiver de l’année prochaine – les patineurs étaient prêts à tout donner.

En demi-finale, Tremblay était le premier en action, aux côtés entre autres du Coréen Kwak Yoon-Gy et de l’Américain Apolo Anton Ohno. « Avec Kwak et Ohno, qui sont des spécialistes du 1500m contrairement à moi, je voulais garder mes énergies pour la fin de la course », a expliqué le Canadien. « Avec 5 tours à faire, j’ai fait un dépassement me mettant en 2e position, et je suis resté là jusqu’à la fin, mais le Coréen m’a dépassé dans le dernier tour. Les quatre derniers tours étaient extrêmement rapides et je n’ai pas réussi à les dépasser, c’était très serré, si j’avais été spécialiste du 1500m j’aurais peut-être réussi, mais là je considère que dans mon cas c’était quand même bien. » Tremblay a donc terminé 3e de sa demi-finale en 2 :20.552, derrière Kwak (2 :20.225) et Ohno (2 :20.332).

Kwak s’est ensuite emparé de la médaille d’argent en finale, terminant derrière son coéquipier Lee Ho-Suk et J.R. Celski remportant le bronze. Tremblay termine la distance avec le meilleur résultat canadien, une 9e place.

Olivier Jean était le prochain Canadien en piste, et il a terminé deuxième de sa demi-finale, juste derrière Lee, mais il a ensuite été disqualifié pour un léger contact avec un patineur Japonais après la complétion d’un dépassement. « Olivier aurait dû être de la finale, il le méritait et aurait été solide », a expliqué Yves Hamelin, Directeur du programme courte piste de Patinage de vitesse Canada. « C’était une disqualification crève-cœur, Olivier a connu une excellente course et il n’a rien à se reprocher. »

Avec ses coéquipiers éliminés de la finale, Charles Hamelin était le dernier Canadien sur la glace. Il a lui aussi connu une bonne course, avec entre autres le Coréen Sung Si-Bak et l’Américain J.R. Celski. Hamelin, troisième, a tenté un dépassement avec environ 6 tours à faire, mais il n’avait pas assez de vitesse. Il s’est réessayé lors du virage suivant, mais avec cette fois trop de vitesse, ce qui l’a forcé à tenter un double dépassement, mais Celski est tombé et Hamelin s’est vu disqualifié.

« Je dirais que je n’ai pas été assez patient, au moment où j’ai essayé mon dépassement, il restait 5-6 tours, il restait assez de temps pour que j’essaie un autre style de dépassement », de dire un Charles Hamelin déçu après sa course. « J’ai réessayé tout de suite, mais c’était trop serré et JR Celski est tombé, et j’ai été disqualifié. Je ne peux pas dire que je ne méritais pas d’être disqualifié, je dois prendre la disqualification et apprendre de cette course-là. » Hamelin termine donc 19e du 1500m et Jean 20e.

Chez les femmes, Kalyna Roberge (St-Étienne-de-Lauzon, QC) a elle aussi remporté son quart de finale, alors que ses coéquipières Valérie Maltais (La Baie, QC) et Jessica Gregg (Edmonton, AB) ont pris le deuxième rang des leurs pour assurer que toutes les Canadiennes soient des demi-finales.

Dans la ronde suivante, Maltais, une patineuse junior qui prend part à son premier Championnat du monde senior en carrière, était dans la première vague, et elle a pris le 4e rang, donc la 11e place au cumulatif, un résultat plus que respectable pour la jeune patineuse de 18 ans. « En demi-finale, je savais qu’il fallait que ça roule. Il y avait des sprinteuses dans ma course, donc j’ai décidé d’aller devant avec 7 tours à faire pour donner un tempo rapide puisque je suis capable de garder une bonne vitesse », a raconté Matlais. « La Coréenne et la Chinoise m’ont dépassé en même temps, elles ont attendu à 2 tours de la fin pour passer, donc je les suivais de très près après le dépassement et je voulais garder mon énergie et attendre la ligne pour essayer de dépasser, mais ça n’a pas marché. J’ai atteint mon objectif, je voulais bien courrir et prendre les devants. J’étais vraiment nerveuse pour la première course, mais après ça allait bien, et là j’aurais aimé que le 500m soit aujourd’hui, j’ai vraiment hâte! »

Gregg était la prochaine en action, elle qui est spécialiste du 500m. Elle a connu une course rapide, mais n’a tout simplement pas réussi à garder le rythme dans les derniers tours, et elle termine donc 17e sur la distance.

Kalyna Roberge était la dernière, dans une vague qui aurait pu être la finale avec la Chinoise Zhou Yang, la Coréenne Jung Eun-Ju et l’Américaine Katherine Reutter. « Il n’y avait pas place à l’erreur », a dit Yves Hamelin. « Kalyna a connu une bonne course, elle s’est battue tout le long, c’était une course très mouvementée et elle n’a pas réussi à passer. » Roberge termine donc au 10e rang pour le 1500m. Les Coréennes Kim Min-Jung et Shin Sae-Bom ont remporté l’or et le bronze respectivement, et la Chinoise Zhou Yang a obtenu l’argent.

L’équipe féminine de relais formée d’Anne Maltais (Québec, QC), Jessica Hewitt (Kamloops, CB), Roberge et Gregg a pris le 2e rang de sa vague de demi-finale, derrière la Corée, et prendra part à la finale dimanche, espérant répéter ou améliorer la médaille d’argent remportée l’année dernière.

La compétition se poursuit demain à Vienne, avec la distance de prédilection du Canada, le 500m.