Lukas Makowsky brise la glace de belle façon

Lucas Makowsky (Regina, Saskatchewan) a vécu son baptême olympique de belle façon en prenant le 13e rang du 5000 m des Jeux olympiques de Vancouver, samedi après-midi, à l’anneau de Richmond. Makowsky a pris le 13e rang en arrêtant le chrono à 6:28,71.

L’autre Canadien en lice, Denny Morrison (Fort St.John, C.B.) (6 :33,77), a terminé 18e de cette épreuve qui a été remportée par le Néerlandais Sven Kramer (6 :14,60), qui avait été sacré champion du monde de la spécialité au même endroit, en mars dernier. En plus de mériter l’or, Kramer a effacé l’ancienne marque olympique de 6 :14,66 réalisée en 2002 par son compatriote Jochem Uytdehaage, et ce, même si la glace de Richmond n’est pas une des plus rapides au monde.

Le Coréen et spécialiste de la courte piste jusqu’à l’an dernier, Seung-Hoon Lee (6:16,95), a causé la surprise en obtenant l’argent, tandis qu’Ivan Skobrev, de la Russie, a complété le podium grâce à un temps de 6:18,05.

Makowsky a pu conserver un rythme soutenu jusqu’à deux tours de la fin. C’est à ce moment où il a dû puiser dans ses réserves pour maintenir une technique efficace.

« Je devais continuer à faire bouger mes jambes dans les virages, car c’est un endroit où l’on peut perdre beaucoup de vitesse », a-t-il indiqué après l’épreuve, visiblement de sa performance.

« Je suis parti sur le même rythme que si j’avais patiné à l’anneau de Calgary (ndlr : où la glace est plus rapide), sauf que lorsque je m’en suis rendu compte, je n’ai pas voulu ralentir. J’ai donc essayé de garder ce rythme le plus longtemps possible. Patiner de cette façon à la première course olympique de ma carrière, c’est un gros plus pour ma confiance », a souligné l’athlète de 22 ans qui a amélioré son record personnel de 5 secondes sur cette piste, ajoutant que les encouragements de la foule lui ont donné de l’énergie supplémentaire.

Du côté de Denny Morrison, qui est avant tout un spécialiste des épreuves de 1000 m et 1500 m, il s’agissait d’une première course de 5000 m cette saison sur la scène internationale.

« C’était correct et j’aurais pu peut-être patiner un peu mieux, sauf ce n’était que ma quatrième ou cinquième course de 5000 m cette année. L’objectif général était de bien ressentir la glace et de transférer ces sensations aux épreuves où j’aurai de meilleures chances », a indiqué l’athlète originaire de Fort St. John, (C.-B.) qui avait patiné trois épreuves aux Jeux de Turin, il y a quatre ans.

« Je ne m’attendais pas à patiner le 5000 m ici et je serais très content de me classer dans les 20 premiers », a ajouté le patineur qui ne connaissait pas son classement final au moment de l’entrevue.

Morrison et Makowsky feront équipe avec Mathieu Giroux à la poursuite par équipe qui sera disputée à compter du 26 février.

Dimanche, au 3000 m féminin, les Canadiennes Kristina Groves, Clara Hughes et Cindy Klassen seront en action.


-30-


Rédaction : Sportcom pour Patinage de vitesse Canada