Olivier Jean y va pour une quatrième place

« Je suis ici pour gagner, pas pour finir quatrième, surtout pas quatrième. » Olivier Jean était visiblement amer de finir au pied du podium du 1500m en patinage de vitesse courte piste remporté par Lee Jung-Su, de la Corée, devant les Américains Apolo Anthon Ohno et J.R Celski.

À la ligne de départ de la finale s’alignaient trois Sud-Coréens et deux Américains. Rien pour intimider le grand Olivier Jean qui répète que la courte piste est un sport individuel. Les représentants de la Corée l’ont fort bien démontré. Alors que les patineurs asiatiques étaient à un quart de tour de réaliser le balayage, Ho-Suk Lee a tenté un dépassement sur ses coéquipiers et lui et Sung Si-Bak se sont retrouvés dans les matelas ouvrant toute grande la porte du podium aux deux Américains.

Malgré sa forte déception sur sa distance préférée, Olivier Jean, de Lachenaie, tenait à retenir du positif de ses premières courses olympiques en carrière. « Je me sens super bien et je crois que ça augure super bien pour le 500. »

Une demi-finale aux allures de finale

Charles Hamelin avait une demi-finale très relevée avec la présence d’Ohno et Lee. « C’est sûr que tu te dis pourquoi je suis dans cette course-là et pas l’autre, mais en même temps, tu ne peux blâmer personne et tu dois faire ta course. » Et cette course, malgré tous les cris d’encouragement de la foule, n’a pas été à l’avantage de Hamelin qui a terminé troisième et ainsi été exclu de la finale A. « Durant la course, j’ai eu plein de petits moments qui ont fait que je n’avais plus les jambes pour rivaliser. » Il faut dire que la finale s’est déroulée à un train d’enfer, les athlètes bouclant les 1500m en 2 minutes dix, tandis que la finale a été gagnée en 2:17.611.

« Il ne faut pas que je m’assoie là-dessus et je dois oublier ce qui s’est passé et m’en aller vers le 17, prochaine journée de compétition en courte piste. » Puisqu’il a remporté la finale B, le patineur de Sainte-Julie termine au sixième rang.

Guillaume Bastille, qui a grandi à Saint-Modeste et dont tout le village suivait les exploits, a chuté deux fois lors des préliminaires. Revenu dans le peloton au prix de grands efforts, Bastille a lancé une charge en règle et il semblait compléter son dépassement lorsqu’il est tombé une nouvelle fois en raison d’un accrochage avec un patineur français. Commentant sa première chute, l’étudiant en maîtrise en science de la terre à l’UQAM ne cherchait pas d’excuse. « J’ai fait une erreur de jugement, j’ai fait trop confiance à ma lame, c’est pour ça que je suis tombé la première fois. Là, j’ai effacé cela et je me suis dit, c’est une nouvelle course de 7 tours. » En bout de ligne, Bastille a été disqualifié.

Questionné à savoir s’il trouvait cela ingrat : « C’est notre sport. Ça fait 20 ans que c’est comme ça et ça ne changera pas parce que tu es aux Olympiques. C’est extrêmement décevant. Je ne suis pas triste, mais j’aurais voulu faire mieux. Je pouvais faire mieux », a calmement statué l’athlète de 24 ans qui en est à première participation olympique.

Baptême réussi pour St-Gelais et Gregg

Au 500m, les trois Canadiennes se sont classées pour les quarts de finale. Jessica Gregg, Kalyna Roberge et Marianne St-Gelais ont toutes réussi à sortir de leur vague assez facilement. Ça n’a pas empêché la Félicinoise de pousser une énorme soupir à la fin de sa course. «J’étais soulagée. C’est le stress qui descendait et en même temps, j’étais déçue de ma course. J’ai fait un temps qui est très moche. Je m’attendais à ce que ce soit difficile, mais wow, c’était vraiment tough », a dit St-Gelais dans son langage toujours très coloré avant de poursuivre. « Je n’ai jamais connu une course aussi dure physiquement : ça se poussait, ça se tassait. Je capotais! » a ajouté la patineuse qui a pris le temps de saluer sa sœur et ses parents qui étaient dans les gradins.

Roberge aussi a eu maille à partir avec ses adversaires, évitant la catastrophe dès le départ alors qu’elle a eu un contact avec une autre patineuse. Bien solide sur ses patins, Roberge, de Saint-Étienne-de-Lauzon, a maintenu le cap et sera des quarts de finale.

Le relais féminin, patiné par les trois participants au 500m et Tania Vicent, a fini deuxième de sa vague de demi-finale et s’est qualifié pour la finale qui regroupera aussi la Chine, la Corée du Sud et les États-Unis.

-30-

Rédigé par Sportcom pour Patinage de vitesse Canada