Patinage de vitesse Canada présente les premiers membres de son équipe en vue des Championnats mondiaux sur courte piste 2017 de l’ISU

Montréal, le 15 janvier 2017 – Marianne St-Gelais, Kim Boutin et Marie-Ève Drolet du côté féminin et Charle Cournoyer, Samuel Girard et Charles Hamelin chez les hommes ont été les premiers patineurs canadiens à décrocher leurs billets pour les Championnats du monde sur courte piste de l’ISU 2017 à l’issue de leurs performances aux Championnats canadiens seniors qui se sont terminés dimanche à Montréal.
 
St-Gelais (Saint-Félicien, QC), Boutin (Sherbrooke, QC) et Drolet (Saguenay, arrondissement Chicoutimi, QC) ont respectivement terminé première, deuxième et troisième au classement combiné qui incluait les résultats des Championnats canadiens seniors ainsi que ceux des Sélections des Coupes du monde d’automne ou de la Qualification nationale canadienne ouverte. Cournoyer (Boucherville, QC), Girard (Ferland-et-Boilleau, QC) et Charles Hamelin (Sainte-Julie, QC) ont, dans l'ordre, fait de même chez les hommes.
 
Le Canada enverra une équipe de cinq femmes et cinq hommes aux Championnats mondiaux sur courte piste de l’ISU, qui seront présentés du 10 au 12 mars à Rotterdam, aux Pays-Bas, ainsi que pour la Coupe du monde de l’ISU #5 qui se déroulera à Dresden, en Allemagne, du 3 au 5 février. Le Canada ne participera pas à la sixième et dernière Coupe du monde de la saison à Minsk, au Bélarus.
 
En occupant les deux premières positions chez les femmes, St-Gelais et Boutin ont également confirmé leur participation aux distances individuelles aux Championnats du monde, tout comme Cournoyer et Girard chez les hommes. À Rotterdam, le Canada aura trois représentants tant chez les hommes que chez les femmes dans les épreuves individuelles.
 
Les titulaires des places vacantes au sein de la formation canadienne, tant pour les deux compétitions internationales à venir que pour les épreuves individuelles aux Championnats du monde, seront annoncées ultérieurement.

Troisième titre consécutif pour Marianne St-Gelais
À l’occasion des Championnats canadiens seniors 2017, Marianne St-Gelais a mérité son troisième titre consécutif de championne nationale. Au cours de la fin de semaine, St-Gelais a remporté les premières épreuves à l’horaire, soit le 1500m vendredi, suivi du 500m, samedi.
 
« Je suis très contente. J'ai appliqué les bonnes choses en vue des Championnats du monde et de la Coupe du monde, a dit St-Gelais. Participer aux Championnats du monde était l'objectif qu'on avait depuis le début afin de renouer avec ce que j'ai fait l'an dernier. Ça augure bien pour le reste de la saison! »
 
Kim Boutin l’a toutefois empêchée de dupliquer son balayage des épreuves olympiques tel que St-Gelais l’avait fait en 2016, en triomphant, dimanche, lors des finales du 1000m et du 3000m.
 
« J'étais prête à attaquer ce 1000m-là. Je me suis dit que ça allait être ma course et que j'allais la gagner », a confié Kim Boutin.

« Mon objectif cette fin de semaine était de faire un top deux, notamment dans chacune de mes distances, de faire de belles courses, et de m'assurer de faire des choses avec lesquelles j'étais à l'aise », a-t-elle poursuivi, elle qui a terminé deuxième au 1500m et troisième au 500m cette fin de semaine.
 
« Ça prouve que j'ai encore des choses sur lesquelles je dois travailler, a analysé Marianne St-Gelais. Kim (Boutin) a fait une superbe course. C'est difficile de lui enlever cette victoire-là. J'avais plus de vitesse mais je n'ai pas été capable de la dépasser. J'ai des choses à travailler à l'entraînement en vue des Championnats du monde. »
 
Boutin prendra part à ses deuxièmes Championnats du monde en carrière, elle qui avait été la meilleure Canadienne lors de l’édition 2015 à Moscou, en Russie. L’an dernier, la patineuse de 22 ans n’avait pas pris part aux Championnats canadiens seniors et, conséquemment, aux Mondiaux.
 
« Je visais beaucoup l'équilibre cette année, a dit Boutin. Depuis que je suis revenue, je l'ai trouvé et c'est bien de vivre ce que je suis en train de vivre. Les Championnats du monde seront un nouveau défi. Je suis allée chercher de l'expérience dans les Coupes du monde et ce sera intéressant de voir comment je pourrai appliquer ça aux Mondiaux. »
 
Après avoir donné naissance à sa première fille en janvier 2015, la médaillée olympique Marie-Ève Drolet fera son retour aux Championnats du monde, elle dont la dernière présence à cette compétition remonte à mars 2014.
 
« Je suis très satisfaite. C'était le but! Je suis vraiment contente de ce que j'ai fait et j'ai hâte d'aller aux Championnats du monde, a dit Drolet. Je ne m'étais pas qualifiée l'an dernier et c'était une grosse déception. Je pouvais toutefois comprendre après avoir eu ma petite fille. Mais mon objectif cette année était de me classer. Avec ma troisième position au classement général des Sélections des Coupes du monde d'automne, ça me donnait confiance. Tous les efforts que j'ai investis ont payé.
 
« Ma médaille de bronze au 1000m m'a vraiment beaucoup aidée pour les points et pour remonter dans le classement », a par ailleurs expliqué Drolet, elle qui était cinquième avant le début des compétitions dimanche après avoir pris le sixième rang du 1500m vendredi, et le neuvième rang au 500m, samedi.

Au 3000m, épreuve réservée aux 16 meilleurs patineurs par sexe selon les points accumulés lors des trois premières épreuves, Boutin a devancé Namasthée Harris-Gauthier de Montréal, QC, et St-Gelais.
 
Premier titre national pour Charle Cournoyer
Chez les hommes, Charle Cournoyer a mis la main sur son premier titre de champion national lui qui, après avoir remporté l’or au 500m et au 1500m, a triomphé au 3000m en plus de gagner l’argent au 1000m, dimanche.
 
Cournoyer a ainsi mérité trois des quatre titres en jeu au cours de cette compétition.
 
« Mon but était de participer aux Championnats du monde, chose qui était déjà assurée à la suite des demi-finales du 1000m », a dit Cournoyer.
 
Ce dernier participera aux épreuves individuelles des Championnats du monde pour la première fois depuis l’édition de 2014, lui qui a vu une opération aux épaules et une fracture d’un pied le ralentir la saison suivante et qui n’avait pas obtenu l’une des deux places pour les distances individuelles en 2015.
 
« C'est la preuve des efforts que j'ai mis au cours des dernières années pour vraiment m'améliorer aux niveaux tactique et technique, ainsi que l'ensemble de mon patinage de vitesse, et que je suis rendu meilleur. C'est bien de voir que les résultats sont là avec le travail que j'ai fait, a déclaré le médaillé de bronze au 500m aux Jeux olympiques de 2014. J'ai mis tout en oeuvre pour que ça arrive et je suis prêt à attaquer la fin de la saison afin de bien performer lors des Championnats du monde. »
 
À l’image de Kim Boutin chez les femmes, Samuel Girard a privé Cournoyer d’un balayage en enlevant les honneurs du 1000m, dimanche.
 
« Je suis arrivé prêt et agressif pour le 1000m et j'ai accumulé le maximum de points. J’ai presque tous tiré mes courses du début jusqu'à la fin. J'étais prêt pour la journée et ç'a payé », a analysé Girard, lui qui, après la journée de dimanche, a devancé Charles Hamelin au second rang pour s’approprier la deuxième des trois places en jeu pour les distances individuelles.
 
« Me qualifier pour les Championnats du monde était l'objectif numéro un de la fin de semaine. Même si je n’ai pas participé à la grande finale du 500m, j'ai réussi à obtenir des points, à monter et à rester quand même constant tout au long de la compétition », a expliqué l’athlète de 20 ans, qui en sera à ses troisièmes Mondiaux en carrière. L’an dernier, Girard a mérité l’argent au 1000m à Séoul, en Corée du Sud.
 
Charles Hamelin ne semblait quant à lui pas trop sans faire après avoir échappé son premier titre de champion canadien depuis l’édition 2013, à l’exception de 2014 où il n’y avait pas de Championnats canadiens seniors en raison des Jeux olympiques.
 
« C'est quand même un résultat positif. J'ai fait de bonnes courses et je me suis rendu dans toutes les grandes finales. Je me suis donné la chance de gagner dans toutes les distances, a relativisé Charles Hamelin. Il y a eu certaines circonstances, telles que ma pénalité au 1500m et la reprise au 500m. Au 1000m, j'ai essayé de faire ce que je voulais, mais je n'ai pas réussi.
 
« Mon objectif était quand même de me qualifier pour faire les Championnats du monde. Je suis juste content pour Charle (Cournoyer) et Sam (Girard). Je suis heureux d'être dans cette équipe-là et je vais me diriger vers le Mondial avec la confiance que j'ai accumulée au cours des dernières compétitions. »
 
« Ce que je retiens également, c'est que les patineurs de cette fin de semaine sont dans un calibre supérieur à ce que c'était dans les années passées et c'est vraiment encourageant pour l'équipe », a conclu Charles Hamelin.
 
Au 3000m, William Preudhomme de Toronto, ON, a terminé derrière Charle Cournoyer. Patrick Duffy d’Oakville, ON, a pris le troisième rang.
 
Des informations supplémentaires, incluant les résultats complets, sont disponibles sur le site Internet de Patinage de vitesse Canada au www.speedskating.ca.

À propos de Patinage de vitesse Canada
Patinage de vitesse Canada (PVC) est l’organisme régissant le patinage de vitesse longue piste et courte piste de compétition au Canada. Fondé en 1887, il se compose aujourd’hui de 13 associations provinciales et territoriales, ce qui représente plus de 14 000 membres. Depuis 1932, 63 médailles olympiques ont été récoltées par les patineurs de vitesse canadiens. PVC les salue, ainsi que les entraîneurs, officiels et intervenants qui ont permis à ces athlètes de marquer l’histoire du sport. L’organisme croit que le sport est un apprentissage pour la vie et prône le respect des autres, l’intégrité, l’excellence dans l’effort ainsi qu’un environnement sain et sécuritaire. PVC reconnaît et valorise ses généreux bénévoles qui consacrent leur temps et leur expertise à la bonne pratique du sport.

PVC est fier de son commanditaire Premium Intact Assurance avec lequel il partage des valeurs d’excellence. PVC compte aussi sur le soutien financier de ses fidèles partenaires, le gouvernement du Canada, À nous le podium, la Ville de Montréal, l’Ovale olympique de Calgary et WinSport Canada.

- 30 -

Pour information :
Patrick Godbout
Responsable des communications et des relations avec les médias
Patinage de vitesse Canada
Courriel : pgodbout@speedskating.ca
Téléphone : 514 213-9897
Site Internet : www.speedskating.ca  
Facebook : www.facebook.com/SSC.PVC
Twitter : www.twitter.com/SSC_PVC