Quatre médailles canadiennes au Championnat du monde courte piste

Journée faste pour les patineurs courte piste du Canada au Championnat du monde de Sofia, en Bulgarie, alors que tous les athlètes en lice sur 500m ont pris part à la finale. Kalyna Roberge (St-Étienne-de-Lauzon, QC) et François Hamelin (Ste-Julie, QC) repartent avec les titres de vice-champions du monde, alors que leurs coéquipiers Marianne St-Gelais (St-Félicien, QC) et François-Louis Tremblay (Montréal, QC) sont grimpés sur la troisième marche du podium.

Les résultats du jour montrent encore une fois la dominance des Canadiens sur 500m. Chez les femmes, la finale était toute rouge, avec Roberge, St-Gelais, leur coéquipière Jessica Gregg (Edmonton, AB) et la Chinoise, championne du monde en titre et championne Olympique, Wang Meng.

Wang est pratiquement invaincue sur la distance au cours des dernières années, et aujourd’hui n’a pas échappé à la règle. La Chinoise est partie devant et n’a jamais été menacée, remportant l’or en 43.619. St-Gelais était deuxième après le départ, suivie de Roberge et Gregg. Roberge a effectué un dépassement au troisième tour, pour terminer la course en 43.679, bon pour l’argent. Elle était suivie de près par St-Gelais (43.747), alors que Gregg a dû se contenter du quatrième rang (44.066).

« Chaque médaille a son histoire », a philosophé St-Gelais après coup lorsque interrogée sur la valeur de cette médaille maintenant qu’elle est médaillée olympique. « C’est ma première médaille au Championnat du monde et je suis super fière de ce que j’ai fait. »

Quand à Roberge, elle se disait bien contente de son résultat. « C’est excellent pour moi une deuxième place aujourd’hui! Je savais que tout le monde partirait vite donc je devais m’assurer d’une bonne position dès le départ et rester relaxe par la suite, ce que j’ai réussi à faire. »

Les demi-finales masculines ont été remplies d’action, entraînant deux avancements en finale (Tremblay et Charles Hamelin), pour une finale à six. Les trois Canadiens étaient aux côtés de Liang Wenhao de la Chine, Lee Ho-Suk de la Corée et Haralds Silovs de la Lettonie sur la ligne de départ. François Hamelin est parti devant, alors que Tremblay, fort d’un départ canon, s’est emparé de la troisième place, suivi de près par Charles Hamelin. Liang est passé devant dans le dernier tour, devenant Champion du monde grâce à un chrono de 41.383. François Hamelin a franchi l’arrivée deuxième en 41.456, et Tremblay (41.526) a obtenu le bronze, pendant que Charles Hamelin a dû se contenter du 4e rang en 41.526.

« J’ai connu une très bonne journée de compétition, » racontait le médaillé d’argent. « Tout s’est joué en ma faveur aujourd’hui, je suis très content mais je dois admettre que j’ai aussi profité un peu des malchances des autres, » a-t-il continué. « Charles et François-Louis ont chuté en demi-finale, ils ont donc été avancés et partaient 5 et 6, ce qui m’a avantagé. J’ai pu me sauver devant et faire tout en mon possible pour y rester. »

Tremblay, lui, savait qu’il devait miser sur son départ rapide pour espérer se glisser sur le podium. « Partir 6e sur la ligne au 500m, c’est très inhabituel et c’est une grosse commande – ça fait beaucoup de monde à dépasser! » s’est-il exclamé. « J’ai profité du fait que j’ai un des meilleurs départs au monde pour prendre le 3e rang dès le départ. Après, la course était rapide et c’était difficile de trouver une autre chance de dépasser, et ça s’est joué entre Charles et moi à la ligne d’arrivée. »

La seule déception du Canada aujourd’hui a été la disqualification de l’équipe masculine au relais. Les Champions Olympiques ne pourront donc pas ajouter le titre de Champions du monde à leurs réalisations exceptionnelles de la saison 2009-10. « On était devant, et tout allait bien, » a expliqué le responsable de l’équipe sur place, Yves Hamelin. « Au milieu de la course, pendant un échange, Charles donnait le relais à Guillaume avec les Chinois derrière. Ils ont pris le relais large et se sont retrouvés derrière Charles, la lame du Chinois a accroché le patin de Charles. Un officiel a considéré que c’était de l’interférence alors que normalement, c’est la responsabilité du patineur qui dépasse de s’assurer de ne pas entrer en contact avec les autres relayeurs. Honnêtement, on ne comprend pas la décision mais à ce point-ci, on ne peut rien faire d’autre que vivre avec. »

Le Championnat du monde courte piste prendra fin demain, à Sofia, alors que les patineurs se disputeront les titres sur 1000m et 3000m, ainsi qu’au relais.