Quatre médailles en courte piste à Marquette

La dernière Coupe du monde de patinage de vitesse courte piste s’avère fructueuse pour le Canada, qui a remporté quatre médailles aujourd’hui, à Marquette, au Michigan. Charles Hamelin (Ste-Julie, QC), a d’abord remporté le bronze sur 1500m, avant que les Canadiens récoltent la moitié des médailles disponibles sur 500m, avec François-Louis Tremblay (Montréal, QC), Kalyna Roberge (St-Étienne-de-Lauzon, QC) et Marianne St-Gelais (St-Félicien, QC), qui ont respectivement mis la main sur l’or, l’argent et le bronze.

Tous les Canadiens en lice aujourd’hui ont montré une belle constance, terminant parmi les huit premiers de leurs épreuves respectives à tout coup. Chez les femmes, Roberge, St-Gelais and Jessica Gregg (Edmonton, AB) ont d’ailleurs toutes patiné sous le record canadien sur 500m (anciennement détenu par Gregg en 43.351). C’est Roberge qui détient désormais la marque, avec un temps de 43.267, réussi en demi-finale.

Toutes trois ont connu un excellent parcours sur la distance. En demi-finale, Gregg et Roberge se sont retrouvées dans la même vague, accompagnées de la Chinoise Wang Meng et de la Coréenne Lee Eun-Byul. C’est Meng qui a remporté la course, suivie de Roberge, et Gregg, troisième, a donc été reléguée en finale B. Une deuxième place de cette finale donne la septième position sur la distance à Gregg.

La finale comptait cinq patineuses, puisque Marianne St-Gelais avait terminé deuxième de sa demi-finale, à égalité avec la Coréenne Cho Ha-Ri, chose rare en patinage courte piste, où les temps sont mesurés au millième de seconde. Meng, Roberge et l’Américaine Katherine Reutter complétaient le groupe. Fidèle à son habitude, Meng est partie comme une fusée, mais de puissants départs ont permis à Roberge et St-Gelais d’être deuxième et troisième après le premier virage. Les deux patineuses ont réussi à s’échapper de leurs poursuivantes, et essayé de rattraper Meng, mais la Chinoise a complété son balayage du 500m cette année en franchissant la distance en 42.961. Roberge était deuxième en 43.339 et St-Gelais troisième (43.373).

« On a eu bien du plaisir sur 500m, » a rigolé St-Gelais en fin de journée. « En finale, j’étais cinquième sur la ligne de départ, je ne me suis pas mis de pression, je voulais avoir un bon départ pour me sortir de l’action et je me suis dit que je verrais ensuite. Ça a bien fonctionné finalement, et Kalyna et moi on s’est battues contre Wang Meng pour les médailles. Avec l’entraînement des prochains mois, je pense qu’on va être capables de la surprendre aux Jeux! »

Les Canadiennes ont donc obtenu d’excellents classements sur 500m sur le circuit de la Coupe du monde cette saison, et Roberge termine deuxième au cumulatif, derrière Wang Meng, St-Gelais est quatrième et Gregg, cinquième. Toutes trois sont grimpées sur le podium au moins une fois en quatre épreuves (une médaille d’argent pour Gregg, deux de bronze pour St-Gelais et deux d’argent et une de bronze pour Roberge).

Plus tôt dans la journée, Roberge avait pris part au 1500m, tout comme Valérie Maltais (La Baie, QC) et Tania Vicent (Laval, QC). Maltais et Roberge ont respectivement pris les 5e et 6e rangs de la finale, une course chaudement disputée avec les Chinoises Zhou Yang et Liu Qiuhong, qui ont obtenu l’or et l’argent en 2:22.700 et 2:22.870. Lee Eun-Byul a terminé troisième en 2:22.919, suivie d’une autre Chinoise, Sun LinLin (2:23.530), de Maltais (2:24.217) et Roberge (2:26.844).

« Notre stratégie était de ne pas laisser les trois Chinoises être 1-2-3, donc il fallait toujours attaquer pendant la course, ce qui a bien marché, » a expliqué Roberge. « On a eu une bonne course, mais à la fin, on a cassé un peu et on n’a pas été capable de rester dans le groupe et nous battre pour des médailles. Le 1500m est très dur physiquement, et on n’a pas travaillé là-dessus beaucoup encore, alors on est contentes de ce qu’on a fait. » Vicent a pris le deuxième rang de la finale B, pour la 8e place au cumulatif.

Chez les hommes, après Charles Hamelin la semaine dernière, c’est François-Louis Tremblay qui a remporté les honneurs sur 500m. Et les patineurs avaient des ailes, aujourd’hui, alors que pas moins de huit athlètes ont parcouru la distance en moins de 41.051 secondes, l’ancien record du monde détenu par Sung Si-Bak. Bien que Tremblay ait détenu le record pendant deux rondes, c’est finalement le Coréen lui-même qui a obtenu le temps le plus rapide, avec un 40.651 en demi-finale.

François-Louis Tremblay n’avait toutefois pas dit son dernier mot, et c’est lui qui est sorti vainqueur de l’épreuve, remportant la finale, une vague finalement assez lente comparée au reste des résultats de la journée, en 42.437. La médaille d’argent est allée au Français Thibaut Fauconnet (43.397) et le bronze à Sung. L’autre participant de la finale, Liang Wenhao, a été disqualifié.

« En finale, je ne voulais pas partir premier, » a expliqué Tremblay après avoir remporté sa première médaille d’or de la saison. « Vu que le Coréen était aussi rapide que moi aujourd’hui, je me suis dit que si j’allais devant, il allait juste relaxer derrière et essayer de me dépasser à la fin. Mais au départ, le Coréen ne voulais pas aller devant non plus, donc je suis parti premier, mais avec un rythme plus lent, ce qui a permis des dépassements et éventuellement des chutes, mais j’ai réussi à ne pas être mêlé là-dedans et j’ai bien réagi, quand le Chinois est allé devant, je l’ai dépassé pour remporter l’or. Je voulais vraiment une victoire en Coupe du monde avant les Jeux, pour ma confiance, pour me prouver que j’étais capable, donc c’est super d’avoir fait ça aujourd’hui! »

Olivier Jean (Lachenaie, QC), qui avait terminé troisième d’une demi-finale très relevée, a pris le deuxième rang de la finale B, pour la 6e place du cumulatif. Hamelin, ennuyé par sa lame gauche dans la même demi-finale, n’a pas voulu tenter de manœuvre risquée pour éviter toute possibilité de blessure (les bandes derrières les matelas sont très dures à Marquette), ce qui explique son cinquième rang de la course. Il n’a pas pu passer en finale, et il termine 8e. L’athlète de Ste-Julie est toutefois couronné Champion de la Coupe du monde sur la distance, en vertu de ses deux victoires remportées à Montréal et en Corée. Grâce à sa médaille d’or d’aujourd’hui, Tremblay s’est hissé au deuxième rang de ce classement.

Sur 1500m, Hamelin était le seul représentant Canadien en lice aujourd’hui, et il a fait belle figure, avec une victoire en demi-finale. En finale, c’était une course très mouvementée, avec beaucoup de dépassements et d’accrochages, selon le Canadien. « J’ai dépensé beaucoup d’énergie en début de course, donc à la fin, mes jambes étaient parties un peu. Je commence aussi à ressentir la fatigue des dernières semaines, » a-t-il expliqué. « J’ai quand même réussi une troisième place, ce qui est très satisfaisant aujourd’hui compte tenu de la course que j’ai faite. Je me suis bataillé fort pour ma place et j’en suis très fier! »

Demain, les patineurs seront de retour pour une dernière journée de compétition en Coupe du monde cette saison, alors que seront présentées les rondes finales du 1000m et du relais.