Sébastien Cros et Derrick Campbell, entraîneurs du mois de mars 2011

Un an plus tard, l’effet Vancouver se fait encore sentir

Sébastien Cros et Derrick Campbell, respectivement entraîneurs des équipes nationales féminine et masculine de patinage de vitesse courte piste, ont été sélectionnés entraîneurs du mois de mars par l’Institut national de formation des entraîneurs (INFE) et le Club de la médaille d’or. Anciens patineurs de niveau international, Cros et Campbell détiennent une formation de niveau avancé (ancien niveau 4) du Programme national de certification des entraîneurs (PNCE).

La campagne 2010-2011 a été faste pour l’équipe canadienne de patinage de vitesse courte piste. Des médailles à la dizaine, une série sans défaite pour Marianne St-Gelais au 500 m en Coupe du monde et cinq médailles aux Championnats du monde de Sheffield. Ajoutez à cela le premier rang au classement cumulatif de la Coupe du monde pour l’équipe masculine et le deuxième pour l’équipe féminine, toutes des raisons qui ont mené le comité de sélection à arrêter son choix sur ces deux entraîneurs d’expérience.

L’équipe masculine n’a pas été en reste durant cette saison. Effectivement, après une domination sans équivoque au cumulatif des Coupes du monde, Campbell a dirigé sa troupe aux Championnats du monde de Sheffield où Charles Hamelin a obtenu l’argent au 1000 m et 1500 m, tout comme Olivier Jean au 500 m. Au relais, les Canadiens ont été sacrés champions du monde en plus d’avoir terminé troisièmes aux Championnats du monde par équipe la semaine suivante, en Pologne.

Quant à l’équipe féminine, les résultats et performances de cette année sont très encourageants. « En général, la saison a été bonne. Les filles ont performé toute l’année en Coupe du monde et nous sommes montés sur des podiums à toutes les distances. Et ça, c'est une grande satisfaction », a indiqué Sébastien Cros.

« Nous avons vu différents visages sur les podiums de Coupe du monde et c’est très bon pour la confiance des athlètes. Le retour de Marie-Ève Drolet est également une grande satisfaction, tout comme la confirmation du potentiel de Marianne », explique-t-il, ajoutant qu’il est également satisfait de l’ardeur au travail de ses protégées pendant les entraînements.

Cette saison aurait pu être l’occasion de voir un certain relâchement après l’année des Jeux de Vancouver qui a été exigeante physiquement et mentalement. Mais ce ne fut pas le cas.

« Les Jeux ont motivé les troupes et ils leur ont donné plus d’ambition. Vancouver a été un élément déclencheur pour notre jeune équipe », de poursuivre celui qui a patiné sous les couleurs de l’équipe nationale de France pendant les années 1990.

Cros a profité de la saison post-olympique pour réorganiser les groupes d’entraînement en fonction des qualités propres à chaque athlète.

« Cela s’est fait en accord avec les athlètes et on peut dire que l’expérience a été concluante. Toutefois, nous verrons les résultats encore plus concrets à moyen et long terme. Après une saison de recul et plus d’informations en main, nous pourrons maintenant améliorer cette méthode en prévision de la prochaine campagne », a-t-il conclu.

Rédigé par Sportcom pour le Centre national multisport-Montréal