Mesures de prévention et de protection en cas de chute – Spécifications et lignes directrices pour la courte piste

29 juin 2012

Ce document a été préparé dans le cadre de l’engagement de Patinage de vitesse Canada (PVC) à fournir un terrain de jeu sécuritaire, autant en ce qui a trait à l’entraînement qu’à la compétition, et conforme aux principes de Sport pur et du Développement à long terme du participant et de l’athlète (DLTPA). Ce document constitue le principal ouvrage de référence concernant l’établissement des normes minimales d’utilisation de matelas de protection relatives à n’importe quel contexte lié au patinage de vitesse courte piste, y compris l’entraînement et les compétitions. Il fournit également des directives sur la façon de dépasser les normes minimales.À l’heure actuelle, les normes minimales d’utilisation de matelas de protection sont fondées sur l’expérience des experts dans notre sport. A fur et à mesure que le système de surveillance des blessures sportives de PVC deviendra de plus en plus fonctionnel, les modifications et améliorations éventuelles à apporter à ces normes deviendront davantage fondées sur les preuves statistiques. La collaboration de tous les intervenants concernant le signalement des incidents est essentielle pour améliorer l’efficacité des normes à l’avenir. N’oubliez pas que « niveau de sécurité adéquat » ne veut pas dire « parfaitement sécuritaire ». Aucun système de protection en cas de chute n’éliminera complètement le risque d’être blessé en pratiquant le patinage de vitesse courte piste. Cependant, en respectant les spécifications et lignes directrices suivantes et en adoptant des comportements de patinage sécuritaires, on réduira la probabilité et la gravité des risques. Nous incitons toujours les membres à dépasser les normes minimales de façon à ce que nous puissions fournir plus qu’un terrain de jeu caractérisé par un « niveau de sécurité adéquat ».À la limite, pour prévenir les blessures attribuables aux chutes et/ou pour réduire leur gravité, l’utilisation de matelas de protection ne constitue qu’une partie de la solution. Si un patineur de vitesse courte piste fait une chute et glisse jusque dans les matelas autour de la bande, plusieurs moyens existent pour prévenir et/ou atténuer les blessures causées par l’impact :

  1. Réduire la vitesse avant l’impact – Plus un patineur ou une patineuse glisse longtemps sur la glace, plus sa vitesse est ralentie lorsqu’il ou elle entre en contact avec la bande. La glace devrait être préparée de façon à ce que la glace hors piste soit « rugueuse ». La friction de glissement ainsi accrue contribuera à réduire les vitesses d’impact dans les matelas autour de la bande.
  2. Entrer en contact avec les matelas entourant la bande de la bonne façon – Les patineurs et patineuses doivent être entraînés à chuter « de la bonne façon » dans les matelas autour de la bande, c.-à-d., NE PAS entrer en contact avec ceux-ci tête première ou les pieds devants. Les patineurs et patineuses devraient faire tout leur possible (sans mettre les autres patineurs en danger) pour obtenir ce résultat. Idéalement, les patineurs et patineuses devraient s’organiser pour que la plus grande surface de leur corps possible entre en contact avec les matelas de protection placés autour de la bande, afin de répartir les forces d’impact. De plus, les patineurs et patineuses devraient bien se préparer à l’impact en raidissant leur corps. Cela les aidera également à se protéger contre diverses blessures.
  3. Plus les matelas sont épais, mieux c’est – S’il est inévitable que les patineurs et patineuses entrent en contact avec les bandes, nous voulons que des matelas soient placés entre eux et les bandes. Un solide principe général à mettre en pratique consiste à ne pas oublier que plus vous avez de rembourrage autour des bandes, plus ce sera sécuritaire pour les athlètes. Un matelas de protection plus épais absorbera une plus grande quantité d’énergie au moment de l’impact au lieu que ce soit le patineur ou la patineuse qui absorbe cette énergie. Vous pouvez obtenir ce résultat en utilisant des matelas épais ou en mettant deux rangées de matelas plus minces.
  4. Le type de mousse est important – Il y a plusieurs détails relatifs aux matelas de protection qui influencent subtilement la sécurité, mais la dernière chose importante dont il faut tenir compte en termes de protection en cas de chute est la compressibilité de vos matelas de protection. Pour ce qui est des matelas installés le long de la bande au bout des lignes droites, une mousse plus ferme est plus efficace, parce que vous voulez rebondir sur ces matelas. Pour le reste de la patinoire, c’est plus compliqué. Si vous n’avez qu’une seule couche de matelas (d’une épaisseur maximale de 12 po, admettons), ces matelas devraient être de fermeté moyenne ou, si vous avez deux couches de mousse à l’intérieur d’un périmètre maximal de 12 po, la couche extérieure devrait être moins ferme que la couche intérieure. Le principe de base est que les mousses plus fermes peuvent résister à des impacts plus violents, mais ils augmentent également les risques de blessure si les patineurs et patineuses entrent en contact avec eux tête ou pieds premiers. D’un autre côté, les mousses moins fermes peuvent être dangereuses en cas d’impacts violents, mais elles seront plus sécuritaires pour la plupart des impacts de faible intensité. En général, essayez d’avoir une épaisseur de matelas suffisante de façon à ce que vous puissiez mettre les matelas de mousse les plus mous à l’avant et les matelas de mousse les plus fermes à l’arrière (que se soit au moyen d’un seul matelas ou de deux épaisseurs de matelas de fermeté différente). Placer un matelas mou placé à l’avant, avec un matelas central plus ferme et un matelas mou à l’arrière peut également être assez efficace.

Communiquez avec PVC (safety@speedskating.ca) si vous voulez discuter de vos choix de mousse.

Valeurs du FEC en courte piste