Cindy Klassen est l’athlète féminine de l'année

Au début de sa carrière comme patineuse de vitesse, Cindy Klassen se faisait dire qu'elle patinait comme un joueur de hockey.

Ce n'est guère surprenant si on sait qu'elle a joué au hockey jusqu'à l'âge de 18 ans. Puis elle a choisi le patinage de vitesse à sa première année d'université afin d'avoir un sport à pratiquer.

Le patinage canadien a gagné ce que le hockey a perdu puisque Klassen est devenue une des meilleures patineuses au monde, favorite pour gagner des médailles aux Jeux de Turin.

Entre-temps ses quatre records du monde et ses huit victoires en Coupe du monde remportées en 2005 lui ont valu d'être votée l'athlète féminine de l'année au pays à l'issue du scrutin organisé par La Presse Canadienne et NTR.

«C'est incroyable», a été la première réaction de la patineuse originaire de Winnipeg mais qui vit et s'entraîne maintenant à Calgary.

«Le seul fait de pratiquer ce sport est gratifiant. Être honorée ainsi est quelque chose de très spécial. C'est tout un honneur.»

Klassen reçoit le trophée Bobbie Rosenfeld, du nom de l'athlète féminine des 50 premières années du 20e siècle au Canada.

Elle est la troisième patineuse de longue distance honorée au cours des cinq dernières années après Catriona Le May Doan en 2001 et 2002.

Comme le joueur de basketball Steve Nash élu athlète masculin de l'année la veille, Klassen a été un choix facile, ayant récolté 264 points et 71 votes de première place.

Elle a devancé Christine Sinclair, une joueuse de soccer qui a mené l'Université de Portland à une saison sans défaite (81 points, 14 votes de première place) et la plongeuse Blythe Hartley, médaillée d'or au tremplin de un mètre aux Championnats FINA de Montréal (65, 8).

Clara Hughes, une Québécoise d'adoption et également patineuse de longue distance, la spécialiste des bosses Jennifer Heil, la joueuse de hockey Jayna Hefford, la skieuse de fond Sara Renner, la cycliste (de montagne) Marie-Hélène Prémont, de Château-Richer, et la skieuse Emily Brydon ont aussi été considérées.

Klassen a terminé au premier rang du classement de la Coupe du monde dans sa spécialité du 1500 mètres et deuxième du classement général aux championnats du monde. Déjà cette saison, elle a inscrit des records du monde sur les distances de 1500 et 3000 mètres.

Plus tôt en décembre, elle a gagné trois médailles d'argent qui promettent sur la piste olympique de Turin, soit sur 1000, 3000 et 1500 mètres.

Les records du monde sont bons pour la confiance mais son but ultime demeure une médaille olympique.

«Un record du monde est un boni. Mais ça ne veut plus rien dire aux Jeux», se plaît-elle à rappeler.