Le May Doan participera, samedi, à la Coupe du monde malgré un mal de dos

Après un entraînement léger au M-Wave, endroit de son premier triomphe olympique, la patineuse de vitesse sur longue piste Catriona Le May Doan, de Saskatoon, a annoncé, mercredi, qu’elle est prête à participer à la première Coupe du monde de la saison pour les sprinteurs, samedi, malgré une douloureuse blessure au dos.

Le May Doan, double championne olympique en titre sur 500 m, a ressenti une douleur au bas du dos il y a environ un mois, à la suite d’une irritation autour d’un disque. L’inflammation est maintenant réduite, mais quand elle s’installera sur la ligne de départ, samedi, ce sera sa première course à fond sur 500 m depuis que la blessure a apparu.

«Le dos n’est pas trop mal et je prendrai une journée de congé demain (jeudi). Cela devrait aider, a déclaré Le May Doan, âgée de 31 ans, l’actuelle détentrice du record du monde du 500 m. Je vais patiner en ne me sentant pas complètement confortable. Je suis habituée à être très bien préparée pour chaque course et je n’ai jamais été victime d’une telle blessure. Cela me donne quelque chose à réfléchir. Je n’aime pas la douleur, mais je dois comprendre que les quelques prochaines fins de semaine sont une préparation pour le restant de la saison et les championnats du monde.»

Blessée ou non, il sera difficile de faire mieux que la saison dernière. Le May Doan a remporté les titres olympique, des championnats du monde de sprint et de la Coupe du monde sur 500 m. Elle a eu une série de 20 victoires consécutives sur 500 m en deux saisons, série qui a pris fin quand elle a terminé deuxième dans la dernière Coupe du monde de l’année.

L’entre-saison a été très occupé pour Le May Doan. Elle a voyagé à travers le Canada, ainsi qu’aux États-Unis et au Costa Rica pour des conférences. Et elle a écrit un livre intitulé «Going for Gold» (publié par McClelland and Stewart) au sujet de son chemin vers la gloire olympique. Malgré les rumeurs, elle n’a pas confirmé qu’il s’agit de sa dernière saison dans l’équipe nationale.

«Je ne sais vraiment pas présentement, a-t-elle dit. Ce serait trop de pression de dire que c’est ma dernière année. J’y penserai quand la saison sera terminée.»

Krisy Myers, de Calgary, et Kim Weger, de Régina, sont les autres canadiennes dans la Coupe du monde.

Pour sa part, Jeremy Wotherspoon, de Red Deer, en Alberta, a semblé très fort à l’entraînement avant la Coupe du monde. Wotherspoon, âgé de 26 ans, a maintenant 39 médailles en carrière en Coupe du monde, ce qui le place au troisième rang. Il est bien placé pour rattraper, cette saison, Uwe-Jens May, d’Allemagne de l’Est, qui a 48 médailles en carrière, et l’Américain Dan Jansen, deuxième avec 46.

L’entraîneur-chef Sean Ireland dit que Wotherspoon a surmonté sa déception olympique. La saison dernière, Wotherspoon a remporté son cinquième titre consécutive du 1000 m de la Coupe du monde et son quatrième titre en cinq ans du 500 m, ainsi que la médaille d’or des championnats du monde de sprint.

«Jeremy est une personne qui a beaucoup d’attentes, a déclaré Ireland. Il peut voir le sport et la vie pour ce qu’ils sont et il n’a pas laissé les Jeux olympiques l’affecter cette année. Sa carrière sportive va de l’avant et il semble en grande forme.»

Un des principaux adversaires de Wotherspoon est Mike Ireland, de Winnipeg, qui a remporté sept médailles de la Coupe du monde la saison dernière et qui a terminé quatrième du classement général des 500 m et 1000 m. Les autres membres de l’équipe masculine sont les vétérans Jason Parker, de Yorkton, en Saskatchewan, Kevin Marshall, de Coquitlam, en C.-B., et Éric Brisson, de Sainte-Foy, au Québec, ainsi que les recrues James Monson et Sterling Sobczak, tous deux de Winnipeg.

Il y a cinq étapes sur le circuit de la Coupe du monde de sprint cette saison. Les championnats du monde de sprint auront lieu les 18 et 19 janvier à Calgary et les championnats du monde de distances individuelles termineront la saison du 14 au 16 mars à Berlin. Les championnats canadiens auront lieu du 3 au 6 janvier à Calgary.