Le vétéran Charles Hamelin remporte le troisième titre de champion du monde du 1500m de sa carrière

Hamelin a maintenant un total de 37 médailles en carrière aux Championnats du monde ; Courtney Sarault décroche la médaille d'argent au 1500m féminin

DORDRECHT, PAYS-BAS – Même s'il est le plus vieux patineur du circuit international, Charles Hamelin continue de montrer qu'il est un des meilleurs au monde. Le Canadien de 36 ans – qui dispute présentement les 17e Championnats du monde de sa carrière – a été couronné champion du monde du 1500m, samedi, aux Championnats du monde de patinage de vitesse courte piste de l'ISU disputés à Dordrecht, aux Pays-Bas.

Hamelin (Sainte-Julie, Qué.), qui a été avancé à la finale A après avoir été impliqué dans une collision durant sa demi-finale, a mis la main sur l'or au 1500m en vertu d'un temps de 2:18,143. Il a devancé le Néerlandais Itzhak de Laat (2:18,202) et le champion européen en titre, le Russe Semen Elistratov (2:18,296).

Le vétéran de l'équipe nationale en était ainsi à son troisième championnat du monde dans cette distance, lui qui avait auparavant décroché ce titre en 2014 et 2018. Le champion du monde au classement général en 2018 a maintenant obtenu un total de 37 médailles des Championnats du monde au cours de son illustre carrière, soit 13 d'or, 14 d'argent et 10 de bronze.

Hamelin a par ailleurs été le meilleur Canadien dans l'épreuve masculine du 500m, samedi, alors qu'il a pris la troisième place dans la finale B après une chute, ce qui lui a valu la septième place au total dans cette distance.

Maxime Laoun, qui en est à ses premiers Championnats du monde, a enregistré une impressionnante sixième place au total (2:19,262) dans le 1500m. Il en était à sa première épreuve internationale depuis qu'il a subi une grave blessure à la jambe en novembre 2019. Son coéquipier Steven Dubois (Lachenaie, Qué.) a été pénalisé dans sa demi-finale et il a été classé 20e au total dans cette distance. Aucun de ces deux patineurs n'est allé au-delà des quarts de finale dans le 500m.

Chez les femmes, Courtney Sarault a étendu la jambe à la ligne d'arrivée pour devancer la patineuse néerlandaise Xandra Velzeboer de justesse et lui ravir la médaille d'argent au 1500m (2:37,089). La championne du monde en titre Suzanne Schulting des Pays-Bas, a décroché l'or, tandis que la Canadienne Florence Brunelle (Trois-Rivières, Qué.) a fini troisième dans la finale B, ce qui lui a donné le 10e rang au total.

Sarault en était à sa première médaille en carrière à des Championnats du monde, le meilleur résultat précédent de l'athlète de Moncton à cette compétition ayant été une 11e place au 1500m en 2019. La Canadienne de 20 ans a raflé le bronze au 1500m des Championnats du monde juniors 2019 et mis la main sur trois médailles dans cette distance sur le circuit de la Coupe du monde, soit deux d'argent et une de bronze.

Sarault y est allée d'un dépassement fort bien réussi par l'intérieur au dernier tour de la finale B du 500m pour finir au premier rang, ce qui lui a valu de précieux points au classement général. De son côté, Brunelle, 17 ans, a été pénalisée en demi-finale, ce qui lui a donné la neuvième place dans cette distance.

Les équipes canadiennes du relais en étaient aussi à leur première journée de course en plus d'un an, samedi. Le relais masculin composé de Hamelin, Laoun, William Dandjinou (Verdun, Qué.) et Jordan Pierre-Gilles (Sherbrooke, Qué.), ainsi que l'équipe féminin regroupant Sarault, Alyson Charles (Montréal, Qué.), Danaé Blais (Châteauguay, Qué.) et Claudia Gagnon (La Baie, Qué.), ont tous deux pris le troisième rang dans leur demi-finale respective et ils prendront part à la finale B, dimanche.

Les Championnats du monde courte piste de l'ISU se termineront dimanche, alors que des médailles seront décernées au 1000m, ainsi qu'au relais masculin et féminin.

En accédant au podium, samedi, Hamelin et Sarault restent tous deux en lice pour les titres de champions du monde au classement général, qui seront attribués dimanche en se fondant sur les résultats cumulatifs de chacune des distances individuelles (500m, 1000m, 1500m), en plus de ceux de la Super-finale du 3000m. Hamelin est présentement à égalité en première place avec 36 points,tandis que Sarault se classe troisième au général avec 24 points.

CBC Sports assurera la webdiffusion en direct des courses de dimanche à compter de 5h10 HE, ainsi que la télédiffusion de la compétition dans le cadre de son émission « Road to the Olympic Games » à partir de 13h00. Consultez l'horaire pour vérifier les heures de télédiffusion et de webdiffusion dans votre région.

Résultats

  • Charles Hamelin (Sainte-Julie, Qué.): 1er au 1500m, 7e au 500m
  • Courtney Sarault (Moncton, N.-B.): 2e au 1500m, 6e au 500m
  • Florence Brunelle (Trois-Rivières, Qué.): 10e au 1500m, 9e au 500m
  • Maxime Laoun (Montréal, Qué.): 6e au 1500m, 19e au 500m
  • Steven Dubois (Lachenaie, Qué.): 20e au 1500m, 14e au 500m

Ce qu'ils ont dit

  • « J’avais tellement confiance dans ce que j’étais capable de faire, par rapport aux entrainements à Montréal et les entrainements que j’ai faits rendus ici aux Pays-Bas. L’expérience que j’ai ce n’est pas rien. C’est un de mes avantages et c’est une des raisons que pourquoi je me ramasse avec une médaille au 1500m. Je savais absolument comment je devais gérer ma course et les jambes que j’avais, et puis j’ai capitalisées sur tout ce que j’avais dans mes moyens pour gagne la course. C’était quand même un gros défi pour moi – considérant l’âge, la situation de covid et le fait que je n’ai pas coursé en plus d’un an. Avoir réussi de relevé ce défi, je pense que ça mérite une place assez haute dans mes palmarès. Je dirai parmi mes tops trois médailles. » - Charles Hamelin
  • « Hier, j'ai senti que j'avais tous les nerfs et aujourd'hui, j'étais vraiment capable de me concentrer sur ce que j’avais à faire. Je suis vraiment content de mon résultat. J'ai encore un peu d'apprentissages à faire, pour savoir comment entrer dans une certaine position au bon moment. J'avais les jambes aujourd'hui, mais je manquais un peu sur le côté tactique qui aurait peut-être pu m'aider à décrocher la médaille d'or. J'avais l'impression que s'il y avait un tour de plus j'aurais pu mieux finir la course. J'avais oublié un peu ce que c'était que de gagner des médailles et de célébrer, donc c'était vraiment spécial pour moi. Je suis vraiment fier de moi. J'ai travaillé très fort au cours de la dernière année à l'entraînement, donc c'est vraiment agréable de voir mon travail acharné porter ses fruits. » - Courtney Sarault

Ressources