Les vertus de la patience selon Clara Hughes

À quelques jours du début des championnats du monde de patinage de vitesse longue piste par distances individuelles de Séoul, Clara Hughes sent que l’heure est venue pour réaliser ses meilleurs résultats de la saison.

Avec tout le bagage d’expérience en compétition que détient la résidante de Glen Sutton, faut-il se surprendre que ses résultats obtenus depuis la mi-saison correspondent exactement à ce qu’elle avait planifié en début de saison ?

« Je suis très réaliste. Des fois, ça peut être mauvais, mais c’est aussi une qualité. Je savais que la première moitié de la saison ne serait pas facile et que je devais être patiente », a laissé entendre celle qui se remet tout juste d’une laryngite qui n’a toutefois pas perturbé son travail à l’entraînement. « Je suis heureuse d’avoir eu cette patience et cela a joué un rôle significatif dans les choses que je voulais faire. »

Après un début de saison modeste où elle a été ralentie par des maux de dos qui persistaient depuis le printemps dernier, Hughes a su modifier son entraînement pour atteindre sa forme optimale en fin de saison.

« Et en arrivant aux championnats du monde, je suis super motivée et j’adore patiner. Mes entraîneurs et thérapeutes m’ont beaucoup encouragée quand les résultats n’étaient pas là en compétition. C’est bien d’arriver à ce moment-ci de la saison et d’être aussi motivée. Quand je suis dans un tel état, « the sky is the limit! » »

Hughes, qui a fait l’impasse sur la dernière étape de la Coupe du monde de la saison, prendra part aux épreuves de 3000 m et de 5000 m qui seront présentées samedi et dimanche. La principale intéressée croit que son absence à Heerenveen lui procurera un certain avantage sur ses principales compétitrices.

« J’ai pu bien contrôler ma période d’affûtage à l’entraînement en décidant de ne pas patiner à la dernière Coupe du monde. Cette décision sera payante car les autres filles ont patiné fort durant toute l’année et pourraient ne pas être à leur meilleur la journée de la course alors que moi j’arrive au sommet de ma forme. Je n’ai pas peur et je suis prête à me mesurer contre elles », a commenté celle qui aura comme principales rivales les Néerlandaises Gretha Smith et Renate Groenewold ainsi que les Allemandes Gunda Niemann et Claudia Pechstein.

Autre avantage qui jouera très certainement en sa faveur, l’athlète de 31 ans arrivera aux championnats du monde dans un état d’esprit bien différent de ceux de 2003, où elle avait mérité la médaille d’argent au 5000 m. « L’an dernier, j’étais stressée, fatiguée de la saison et j’avais mal au dos. En plus, j’avais déjà en tête ma préparation pour les Jeux panaméricains et les championnats du monde (en cyclisme sur route). Maintenant, je suis exactement où je veux être. Je ne pense pas à l’avenir, ni au passé. Je vis chaque moment présent, j’apprends beaucoup et je l’apprécie. »

Même si le 5000 m demeure son épreuve de prédilection, Hughes sera également du 3000 m qui lui servira d’échauffement pour le 5000 m. « Si j’ai une bonne journée, je peux finir dans les quatre premières et si j’en ai une excellente, je peux être première ou deuxième » prédit Hughes à propos du 3000m.

Après ce week-end de compétition, la médaillée des Jeux olympiques d’été et d’hiver se promet des vacances, elle qui profitera de la saison estivale autrement que sur une selle de vélo comme c’était le cas lorsqu’elle était coureuse cycliste. Et ce qui la fait sourire encore plus, c’est surtout de retrouver son chez-soi à Glen Sutton.

« L’endroit me manque et ça me donne de la sérénité de savoir que je serai bientôt de retour dans un environnement que j’adore. Je vais aller retrouver mes amis et voisins pour aller prendre un café avec eux et profiter des petits plaisirs de la vie après avoir été si occupée au cours des derniers mois. »