Patinage de vitesse Canada dépose une protestation

Kalyna Roberge n'a jamais été capable de dépasser la Bulgare Evgenia Radanova hier lors de sa manche de demi-finale en patinage courte piste à l'aréna Palavela. Avec son gabarit imposant, la Bulgare occupait toute l'espace. C'est maintenant le Tribunal d'arbitrage dans les sports qui pourrait permettre à la patineuse de Saint-Étienne de Lauzon de finalement la devancer.

Les dirigeants de Patinage de vitesse Canada ont en effet déposé une requête auprès du tribunal aujourd'hui, prétextant que Radanova a été coupable de «kicking out», une entrave importante aux règlements qui entraîne une disqualification de l'athlète reconnue coupable.

Les patineurs ont le droit d'allonger la jambe en arrivant près de la ligne d'arrivée pour tenter de devancer un rival, mais en aucun cas la lame de leur patin ne peut quitter la glace.

Le règlement 293 de l'Union internationale de patinage de vitesse (ISU) est formel à se sujet.

«Aucun patineur ne peut de façon délibérée allonger la jambe et lever le patin dans n'importe quel moment de la course y compris à la ligne d'arrivée, mettant ainsi en danger sa sécurité et celles des autres patineurs. Une telle faute entraîne une disqualification.»

C'est Jean Dupré, directeur de Patinage de vitesse Canada, qui a déposé la requête qui pourrait être entendue au cours des prochaines heures ou dans quelques jours seulement.

Le tribunal ne peut renverser la décision même s'il accepte d'entendre la requête. Mais il peut faire des recommandations auprès des officiels de l'ISU, qui eux peuvent reviser l'incident et renverser la décision s'ils le jugent à propos.

«Nous voulons que les règlements soient respectés, a dit Dupré. Nous ne savons pas vraiment si nous avons des chances de voir notre requête acceptée, mais nous avons décidé de la déposer après mûre réflexion.

«Ce n'est pas l'unique décision de l'entraîneur Guy Thibault, c'est tout le comité qui s'est réuni et qui en décidé ainsi, a mentionné Dupré. Il y a eu le cas impliquant Marc Gagnon à Salt Lake City où nous étions impliqués comme troisième parti et l'an dernier une telle requête avait été acceptée lors des championnats du monde.

«Tout ce que nous voulons, c'est que les officiels visionnent à nouveau la fin de la course.»

Roberge, qui avait gagné la finale B, a pris le quatrième rang au classement global derrière la Chinoise Meng Wang, Radanova et sa coéquipière Anouk Leblanc-Boucher à la suite de la disqualification de la Chinoise Tianyu Fu en finale.

Si Radanova était disqualifiée à son tour, Leblanc-Boucher hériterait de la médaille d'argent et Roberge obtiendrait la médaille de bronze.

À l'issue de la compétition d'hier, Roberge avait déclaré qu'elle préférait pour sa part qu'on ne dépose pas une telle requête.


Source: Presse Canadienne